Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • : Ahl As-Sunnah wa-l-Jamâ’ah ne délaisse pas la Sunna pour comprendre le Coran
  • Contact

Compteur

Compteur Global

Recherche

Catégories

Liens

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 01:24

xcr7aq29.gifQuestion :


Est-il admissible de féliciter les non-musulmans de la nouvelle année chrétienne et d'échanger les félicitations avec les Musulmans pour le nouvel an de l'hégire et l'anniversaire du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)?

Réponse : 

La célébration de ces occasions est une innovation, il vaut mieux ne pas y échanger des vœux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur Son Prophète.

La première question de la Fatwa numéro ( 20795 )
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas 


Comité permanent [des savants] de l'Ifta
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 01:20
---------.jpgLe savantissime, docteur Salih Ibn Fawzan Al-fawzan :
 
Louange à Allah et que la paix et les bénédictions soient sur le notre prophète Mouhammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soit sur lui) a dit (en mettant en garde contre les innovations religieuses) : 

"Prenez garde aux nouveautés car toute nouveauté est une innovation, et toute innovation est un égarement". 

Il dit aussi (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) : 

"Quiconque fait une action contraire à notre ordre, alors cela sera rejeté"

et dans une autre version, il dit (paix et bénédiction d'Allah soit sur lui) :

"Quiconque introduit quelque chose dans notre ordre qui n'en fait pas partie, alors cela sera rejeté."
 

Il dit aussi (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) :

"Sache que la parole la plus saine et la plus véridique est celle d’Allah (Coran) et le chemin le plus droit est celui du Prophète Mouhammad Et la plus mauvaise des choses est la nouveauté ..."

L'innovation désigne toute nouveauté introduite dans la religion alors qu'elle n'en fait pas partie.

Allah a certes complété pour nous notre religion. 

"Aujourd'hui J'ai parachevé pour vous votre religion .."
 sourate al ma-idah

Nous ne sommes donc nullement dans le besoin de nouveauté ou d'innovation car elles ne font pas partie de la religion et parce qu'elles ne font qu'éloigner d'Allah.

De plus la législation est un droit qu'il n'appartient qu'a Allah seul.

Allah dit : 
"Auraient ils des associés qui leurs aurait légiféré des lois religieuse qu'Allah n'a jamais voulu". 

Nous disons donc à cette occasion que certaines personnes sont apparues dans nos rangs afin de répandre parmi nous, des innovations.

Parmi ces innovations, celle qui s'est propagée ces derniers temps concernant le fait de jeûner le dernier jour de l'année hégirienne ou encore l'appel à effectuer une rupture de jeune collective le jour de Achoura ainsi que d'autres innovations comme celles qui se diffusent par l'intermédiaire des téléphones portables qui incitent à effectuer des invocations précises limitées par des nombres déterminés pour lesquelles il n'existe aucune preuve.

Prenez donc garde ! Ô musulman ! à ces innovations ainsi qu'à ceux qui les répandent et ne soyez pas négligeant à ce sujet.

Refusez-les et réprimandez ceux qui les répandent ou qui y appellent.
 
Et que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le notre prophète Mouhammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 


Référence
Traduit par Abou Ouwayss.
copié

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 01:12

51433857gf0.jpg Question :


Nous avons reçu la visite de conseillers [religieux] qui disent sur la personne qui lève ses mains pour invoquer Allah, qu’elle ne doit pas essuyer son visage car le fait d’essuyer son visage après les invocations n’est qu’une innovation [bid’a].

 Ils disent également, que si le Mouadhin [celui qui appel à la prière] dit lors de l’iqama : « le moment est venu d’accomplir la prière – qad qamati as-salat », alors que certains groupes prononcent à la suite, les paroles suivantes « C’est Allah qui a fait en sorte qu’elle s’accomplisse et qu’elle le soit continuellement - aqamaha Allah oua adamaha », que cela n’est qu’une innovation et n’est pas acceptable.

 Montrez-nous donc, le jugement [exact] dans ces deux cas ?


Réponse :

 

 Premièrement

 

L’invocation et la supplication du serviteur auprès de son seigneur sont effectivement légiférées et [plutôt] à exhorter.

 

Le fait de lever les mains est également légiféré de manière authentique et comporte un geste d’imploration et une approche innocente envers Allah. Par contre, essuyer son visage avec ses mains après l’invocation : il a été rapporté de ce geste un hadith faible, selon Ibn Majah d’après Tarik Salah Ibn Hassan An-Nassari, d’après Muhammed Ibn Ka’b Al Qourdy d’après Ibn ‘Abass (radya Allah ‘anahouma), qui dit que le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :


« Si tu invoques, alors invoques Allah avec la paume de tes mains et ne l’invoques pas avec leurs dos [tes mains], ensuite si tu as terminé essuies ton visage avec tes deux mains » et [cela] de part la faiblesse de Salah Ibn Hassan.


Ce hadith est considéré comme étant faible par Ahmad et Ibn Mou’iyan et Abou Hatim et Ad-Darqoutni ; Al Boukhari a dit : « mounkar al hadith » ; Abou Na’im Al Asbahany a dit : « mounkar al hadith matrouk (rejeté) » [etc.].


Il a été rapporté dans un autre hadith, selon At-Tirmidhi dans ses « sounan », d’après Abou Moussa Muhammad Ibn Al Mouthna et Ibrahim Ibn Ya’koub et selon plus d’une personne qui ont dit : qu’Hamad Ibn ‘Issa Al Jouhny a rapporté de Handhala Ibn Abi Soufyane Al Jamhy, d’après Salim Ibn ‘Abd Allah, d’après son père : selon ‘Omar Ibn Al Khatab (radya Allah ‘anahou) qui dit :


« le prophète صلى الله عليه وسلم levait ses deux mains dés lors qu’il invoquait Allah et il ne les baissait pas tant qu’il n’avait pas essuyer son visage avec ».


Muhammad Ibn Al Mouthna à dit dans son commentaire: « il ne les replaçait pas tant qu’il n’avait pas essuyer son visage avec ».


Abou ‘Issa à dit : « c’est un Hadith étrange, nous ne le connaissons que d'Hamad Ibn ‘Issa, et il est seul à l’avoir apporté en ce sens alors qu’il est peu connaisseur en hadith », or Handhala Ibn Abi Soufyan est digne de confiance et Yahya Ibn Sa’id Al Qoutân l’a suivi ; mais il y a Hamad Ibn ‘Issa qui l’a également suivi mais qui est considéré comme étant faible, suivant ce qu’a été rapporté par At-Tirmidhi.


En conséquence, l’invocation est une adoration légiférée tandis que l’essuyage du visage avec la paume des deux mains, à la suite d’une tradition prophétique (Sounna) qu’elle soit une parole prononcée ou un geste accomplit, s’avère ne pas être une pratique authentique.


Donc, délaisser cette pratique est prioritaire, d’autant plus que cela a été rapporté dans des variantes qui sont faibles !


Ceci, compte tenu de la nécessité de suivre les hadiths authentiques qui ne font pas mention de l’essuyage du visage.


 Deuxièmement


Les adorations sont fondées sur une jurisprudence restrictive [ ce qui est légiféré], Allah ne peut être adoré que selon Sa [propre] législation.


Il n’a pas été rapporté de manière authentique que le prophète صلى الله عليه وسلم a dit, après avoir entendu l’iqama : « C’est Allah qui a fait en sorte qu’elle s’accomplisse et qu’elle le soit continuellement - aqamaha Allah oua adamaha ».


Cependant Abou Daoud a rapporté cela dans ses « sounan », selon des variantes qui sont faibles : il dit d’après Suleyman Ibn Daoud Al ‘Ataky : d’après Muhammad Ibn Thabit : selon un homme des gens du Sham, d’après Chahr Ibn Houchab : d’après Abi Oumama ou selon certains compagnons du prophète ( qui dit que lorsque Bilal accomplissait l’iqama et disait : « le moment est venu d’accomplir la prière – qad qamati as-salat », le prophète صلى الله عليه وسلم répliquait par : « C’est Allah qui a fait en sorte qu’elle s’accomplisse et qu’elle le soit continuellement - aqamaha Allah oua adamaha ». La raison de la faiblesse de ce Hadith se trouve dans sa chaîne de narration, il y a un homme inconnu et on ne peut pas, de ce fait, le prendre en considération.


En conclusion, il apparaît que le fait de dire :
«C’est Allah qui a fait en sorte qu’elle s’accomplisse et qu’elle le soit continuellement - aqamaha Allah oua adamaha » lorsque le résident (al mouquim) dit : « le moment est venu d’accomplir la prière – qad qamati as-salat» n’est pas une pratique légiféré car cela n’a pas été rapporté de façon authentique par le prophète صلى الله عليه وسلم.


Il est donc recommandé à celui qui entend l’iqama de répéter ce que dit le résident (al mouquim) tel l’appel à la prière car le prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Quand vous entendez l'appel à la prière répétez ce que le muezzin dit »

Dieu est le Seul garant du succès.

Paix et Salut sur notre Prophète Mohammed, ses proches et tous ses compagnons

La Commission Permanente pour les Recherches Académiques et l’Ifta (consultation religieuse) en Arabie Saoudite.


Président : Abdel Azîz ibn Abd Allah IBN BAZ
Vice-Président : Abdel °Ar-Razaq ‘Afify
Membre : Abd Allah Ibn Ghoudiyan
Membre : Abd Allah Ibn Ya’qoub

Source : www.sahab.com
Traduction rapprochée :Ibn Hamza

copié de alminhadj.fr

Comité permanent [des savants] de l'Ifta

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 00:49

almawlid8nm7pv6190x190.jpg

 

 

                                                                                                                                                     Cheikh Muhammad Ibn Sa’îd Ibn Raslan

 
 

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 00:13
Question :

Le Chaykh a été question au sujet des anniversaires (a'yâdu-lmîlâd) ?


Réponse du Noble Chaykh Muhammad bn Sâlih Al-'Uthaymîn - qu'Allâh lui fasse miséricorde - :

D'après ce qui ressort de la question, c'est que ce qui est voulu [par] « 'îdu-lmîlâd » c'est [l'anniversaire de] l'homme.

Chaque fois q'une année s'écoule [à compter du jour de] sa naissance, [les gens lui] innovent une fête au cours de laquelle se rassemblent les membres de la famille autour d'un grand ou petit festin (ma'dabah).

Et mon avis en cela, c'est [son] interdiction (mamnû') car, en Islâm, il n'y a pas de fête ('îd) pour une quelconque occasion (munâsabah) hormis la fête du sacrifice ('îdu-ladhâ), celle de la rupture [du jeûne] ('îdu-lfitr) de Ramadân et l'évènement hebdomadaire ('îdu-lusbû') qui est le jour du vendredi (djumu'ah) et dans les « Sunan » de Nisâ î, d'après Anas Ibn Mâlik -l'Agrément d'Allâh sur lui- :

« Les gens de l'époque de l'ignorance avaient deux jours dans l'année durant lesquels ils se divertissaient et lorsque arriva le Prophète - Prière et Salut d'Allâh sur lui - à Médine il dit :

« Vous aviez deux jours durant lesquels vous vous divertissiez mais [désormais,] Allâh vous les a changé en mieux que cela : la fête de la rupture et celle du sacrifice. »

Et [fêter les anniversaires,] risque d'ouvrir une porte à l'innovation (bid'ah) comme ce qui pourrait être dit :

« Si fêter l'anniversaire (mawlid) du nouveau-né (mawlûd) est permis alors sa permission pour Messager d'Allâh -prière et Salut d'Allâh sur lui- est prioritaire (awlâ). »

Et toute chose dont on ouvre la porte et qui mène à une interdiction est [elle-même] interdite.

Et c'est Allâh qui accorde la Succès.

Traduction : L'équipe mukhlisun.com
Source de la fatwa
« madjmû' fatâwâ wa rasâ il fadîlat ach-chaykh muhammad sâlih al-'uthaymîn » (2/302).
Source de l'article : 
copié de mukhlisun.com
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn 'Outheymine 
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 00:05

Sans-titre-1-copie-4.gif Les premières innovations apparues en Islâm sont celles des Khâridjites et des Chiites.

 

Celles-ci sont apparues au Califat de l’Emir des croyants ‘Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ‘anhu), et il a puni les deux groupes : Les Kharidjites l’ont combattu, il les a combattu.

 

Et pour ce qui est des Chiites, il a brûlé tout ce qui leur était cher par le feu, et il a demandé que ‘Abdullâh Ibn Sabâ soit exécuté, mais il réussit à fuir.

 

Il ordonna ensuite de fouetter toute personne qui le valorisait plus que Abû Bakr et ‘Oumar, et cela sur la base de ce qui a été rapporté dans le hadîth :

 

« Les meilleurs de cette communauté après le Prophète sont Abû Bakr et ‘Oumar. »

Rapporté par al-Bukhârî dans son Sahîh [1].

 

Sache que l’ensemble des innovations qui touchent aux sciences et aux actes d’adoration ne sont apparues qu’à la fin de l’époque des Califes bien guidés, comme le Prophète (sallallahu ‘alayhi Wa sallam) en avait informé en disant :

 

« Ceux d’entre vous qui vivront après moi verront un grand désaccord. Vous devrez alors suivre ma Sounnah et celle de mes califes biens-guidés. » [2]

 

De l’époque des trois meilleures générations, il n’y a pas eu dans la ville prophétique (Médine) des innovations apparentes répandues, comme il n’en est pas sorti des innovations apparentes dans les fondements de la religion, à l’exemple de ce qu’il en est sorti dans certaines régions.

 

Les grandes régions habitées par les compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi Wa sallam) et desquelles sont sorties la science et la foi sont au nombre de cinq : les deux lieux saints, les deux Irâq et la région du Châm.

 

Ces endroits sont le berceau des sciences du Qor’ân, du hadîth, de la jurisprudence, de l’adoration et de tout ce qui s’en suit comme affaire de l’Islâm.

 

Dans ces mêmes régions, des innovations qui touchent aux fondements firent leur apparition, en dehors de la ville prophétique.

 

Koûfa fut le berceau du Chiisme et du Irjâ ; puis ils se propagèrent dans d’autres régions encore.

 

Quant au Qadariyyah, Mou’tazillah et aux dévotions perverses, elles virent le jour à Basra et se propagèrent vers d’autres régions. Le Châm fut le berceau du Nasb et du Qadar.

 

En ce qui concerne le Djahmiyyah, il fit son apparition dans les abords du Khoûrâsân et c’est la plus mauvaise des innovations.

 

Ainsi, l’apparition des innovations fut éloignée du lieu de la prophétie qui est Médine.

 

Lors de la division après l’assassinat de ‘Outhmân, l’innovation de Haroûriyyah fit son apparition [3].

 

Notes

[1] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 1/298

[2] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 2/157-158

[3] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 3/218

copié de manhajulhaqq.com

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 23:57

Question :

Quels sont ceux qui [recevront] le plus dur châtiment : les désobéissants (al-‘usât) ou les innovateurs (al-mubtadi'ah) ?


Réponse du Chaykh Sâlih Ibn Fawzân Ibn ‘Abd-Allâh Al-Fawzân, qu'Allâh le préserve :


Ce sont les innovateurs car l'innovation (la nouveauté) [dans la Religion] (al-bid'ah) est plus intense (achadd) que le péché (ma'
siyyah) et l'innovation est aimé de Satan que le péché car le désobéissant (‘âsî) se repent (yatûb) quant à l'innovateur (mubtadi') se repent rarement (qalîlan) parce qu'il pense être sur une vérité (haqq) à l'opposé du désobéissant.

[Ce dernier,] sait qu'il est désobéissant et auteur d'un péché alors que l'innovateur se voit soumis (mu
tî') à une obéissance (tâ'ah) ;

C'est ainsi que l'innovation devient - et nous cherchons Protection auprès d'Allâh ! - un mal (charran) plus que le péché [en lui-même].

C'est pour cela que les [Pieux] Prédécesseurs (salaf) mettez en garde contre les assises des innovateurs (madjâlisu-lmubtadi'ah) car [ces derniers] influent sur les présents et leur dangerosité est forte (chadîd).

Il n'y a aucun doute que l'innovation est plus mauvaise que le péché et la dangerosité de l'innovateur est plus violente pour les gens que celle du désobéissant [et] c'est pour cela que les [Pieux] Prédécesseurs ont dit :

« L'épargne (iqtisâd) dans la Sunnah est mieux qu'un effort de réflexion (idjtihâd) dans l'innovation » 


Traduction :
L'équipe mukhlisun.com
Source de la fatwah : Tiré du livre « al-adjwibatu-lmufîdati ‘an as ilati-lmanâhidji-ldjadîdah » 
(
الأجوبة المفيدة عن أسئلة المناهج الجديدة) page 123 et question 44. Edition « dâru-lminhâdj » du Caire.

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 02:52

 

 
 

Innovationn.gif
 


Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 19:07

inno.gifBeaucoup de nos frères et soeurs pensent qu’il existe de bonnes innovations en Islam, est-ce que ceci est fondé ?

D’où leur est venue cette croyance ?

Voyons ce que répond Cheikh Fawzan, qu’Allah le préserve, à ce sujet et Allah est le plus savant :

 

Question :

     

94 _ ما حكم تقسيم البدعة إلى بدعة حسنة وبدعة سيئة ‏؟‏ وهل يصِحُّ لمن رأى هذا التقسيم أن يحتجَّ بقول الرسول‏ :‏ ‏(‏مَن سنَّ سُنَّةً حسنةً في الإسلام‏.‏‏.‏‏.‏‏)‏ الحديث، وبقول عمرَ‏ :‏ ‏(‏نعمتِ البدعةُ هذه‏.‏‏.‏‏.‏‏)‏‏؟‏ نرجو في ذلك الإفادة، جزاكم الله خيرًا‏.

 

Quel est le statut de celui qui considère qu’il existe des bonnes et des mauvaises innovations ?

Et celui qui prétend que cette distinction est valable, peut-il s’argumenter de la parole du messager, sala Allah ’alayhi wa salam : "celui qui instaure une bonne tradition en Islam..." et de la parole de ’Omar, qu’Allah l’agrée : "que cet acte est une bonne innovation !... ?"

Nous souhaiterions un éclaircissement, qu’Allah vous récompense par le bien.

 

Réponse :

 

ليس مع من قسَّم البدعة إلى بدعةٍ حسنة وبدعةٍ سيئةٍ دليلٌ؛ لأن البدع كلَّها سيئةٌ؛ لقوله صلى الله عليه وسلم‏ :‏ ‏(‏كل بدعة ضلالة، وكل ضلالة في النار‏)‏ ‏[‏رواه النسائي في ‏"‏سننه‏"‏ ‏(‏3/188-189‏)‏ من حديث جابر بن عبد الله بنحوه، ورواه الإمام مسلم في ‏"‏صحيحه‏"‏ ‏(‏2/592‏)‏ بدون ذكر‏ :‏ ‏"‏وكل ضلالة في النار‏"‏ من حديث جابر بن عبد الله‏.‏ (1)]‏‏

 

Celui qui se permet de distinguer entre bonne et mauvaise innovation ne se base sur aucune preuve en ce sens que toutes les innovations sont mauvaises comme il a été rapporté par le messager, sala Allah ’alayhi wa salam :

"Toute innovation est un égarement et tout égarement est voué au feu"

(rapporté par An-nassaï dans son "sunan" (189-3/188) et par l’imam Muslim dans son "sahih" (2/592) mais sans la partie : "et tout égarement est voué au feu").

 

وأما قوله صلى الله عليه وسلم‏ :‏ ‏(‏مَن سنَّ في الإسلام سُنَّةً حسنةً‏)‏ ‏[‏رواه الإمام مسلم في ‏"‏صحيحه‏"‏ ‏(‏2/704-705‏)‏ من حديث جرير بن عبد الله‏.‏‏]‏؛ فالمرادُ به‏ :‏ من أحيا سنَّةً؛ لأنه صلى الله عليه وسلم قال ذلك بمناسبة ما فعلَهُ أحد الصَّحابة من مجيئه بالصَّدقة في أزمةٍ من الأزمات، حتى اقتدى به الناس وتتابعوا في تقديم الصَّدقات‏.

 

Quant à la parole du messager, sala Allah ’alayhi wa salam, "celui qui instaure en Islam une bonne tradition" (rapporté par l’imam Muslim dans son "sahih" (705-2/704) signife en fait :"celui qui a revivifié une sunna" car le messager, sala Allah ’alayhi wa salam, à dit cette parole lorsqu’un compagnon apporta une aumône pendant une période de crise, de telle sorte qu’il fut pris en exemple par les autres compagnons qui, à leur tour, apportèrent des aumônes.

‏ 

وأما قول عمر رضي الله عنه‏ :‏ ‏"‏نعمتِ البدعةُ هذه‏"‏ (2)؛ فالمراد بذلك البدعة اللغويَّة لا البدعة الشرعيَّةُ؛ لأنَّ عمر قال ذلك بمناسبة جمعه الناس على إمام واحد في صلاة التَّراويح، وصلاة التَّراويح جماعة قد شرعها الرسول صلى الله عليه وسلم؛ حيث صلاها بأصحابه ليالي، ثم تخلَّفَ عنهم خشية أن تُفرضَ عليهم (3)، وبقي الناس يصلُّونها فرادى وجماعات متفرِّقة، فجمعهم عمر على إمام واحد كما كان على عهد النبي صلى الله عليه وسلم في تلك الليالي التي صلاها بهم، فأحيى عمر تلك السُّنَّة، فيكون قد أعاد شيئًا قد انقطع، فيُعتبَرُ فعله هذا بدعة لغويَّة لا شرعيَّةً؛ لأنَّ البدعة الشرعية محرَّمة، لا يمكن لعمر ولا لغيره أن يفعلها، وهم يعلمون تحذير النبي صلى الله عليه وسلم من البدع (4).

 

Quant à la parole de ’Omar, qu’Allah l’agrée : "que cet acte est une bonne innovation", il s’agit en fait de l’innovation dans son sens linguistique et non dans son sens religieux.

’Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, dit cette parole après avoir réuni les compagnons derrière un seul imam pendant la prière de "tarawih", prière en groupe qui avait été légiférée par le messager, sala Allah ’alayhi wa salam.

Il, sala Allah ’alayhi wa salam, l’avait effectuée avec ses compagnons quelques nuits puis s’arrêta de crainte qu’elle ne soit considérée comme une obligation.

Les gens continuèrent à la prier ("tarawih"), pour certaines, seules, pour d’autres, en plusieurs groupes réparties dans la mosquée,

c’est alors que ’Omar, qu’Allah l’agrée décida de les réunir derrière un seul imam comme c’était le cas à l’époque du prophète, sala Allah ’alayhi wa salam, lors de ces nuits pendant lesquelles il, sala Allah ’alayhi wa salam, fut imam pour les compagnons lors de la prière de "tarawih".

’Omar, qu’Allah l’agrée, a en fait revivifié cette sunna, il a redémarré une action qui s’était arrêtée.

Cette innovation est à considérer, donc, dans son sens linguistique et non dans son sens religieux, en ce sens que l’innovation en religion est strictement interdite et il ne sied, ni à ’Omar, qu’Allah l’agrée, ni à d’autres de la faire d’autant plus qu’ils étaient au courant de la mise en garde du prophète, sala Allah ’alayhi wa salam, contre les innovations.

 

Al-muntaqa min fatâwa, Tome 1, question 94 de As-sheikh Al-Fawzan.

Traduction : Abou Abdillah

copié de mouslim.over-blog.org

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Innovation - بدعة
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 23:59

Sans titre 2-copie-2Les raisons de l’apparition des innovations sont :

 

ani07.gif  L’ignorance des fondements de la religion.

ani07.gif  Le penchant pour les passions.

ani07.gif  Le culte des personnes et de leurs opinions.

ani07.gif  L’imitation des non-musulmans.

 

Ces faits sont détaillés ci-après.

 


L’ignorance des fondements de la religion

 

Le savoir s’amenuise et l’ignorance se développe au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’époque du Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam-.

 

Ainsi l’a-t-il annoncé :

 

« Ceux d’entre vous qui vivront après moi, seront témoins de beaucoup de divergences. »

[Rapporté par At-tirmidhi, Abu Dawud]

 

Il a dit également :

 

« Certes Allah ne fera pas disparaître le savoir en l’arrachant aux hommes, mais Il le fera disparaître en faisant mourir les savants [les un après les autres] jusqu’à ce qu’il n’en reste aucun. L

es gens interrogeront alors des ignorants qui répondront sans savoir.

Ils s’égareront et égareront les autres. »

[Jami’bayan al’ilm wa fadlih, 1/180, ibn Abd al-Bar.]

 

Il n’y a donc que le savoir et les savants pour lutter contre la mécréance.

 

Leur absence permet l’apparition, le développement des innovations et l’activité de leur auteurs.

 


Les penchants vers les passions

 

Celui qui s’écarte du Qur’an et de la Sunnah, suit systématiquement sa passion. Allah –ta’ala- dit :

 

« Mais s’ils ne te répondent pas, sache alors que c’est seulement leurs passions qu’ils suivent. Et qui est plus égaré que celui qui suit sa passions sans guidée d’Allah » [S. Al-Qasas (28)/ V.50.]

 

Allah dit encore :

 

«  Vois-tu celui qui prend sa passions pour sa propre divinité ? Et Allah l’égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider à part Allah ? » [S. Al-Jatiya (45)/v.23.]

 

Les innovations sont donc un résultat de la passion.

 


Culte des personnes et de leurs opinions

 

Le culte de la personne et de ses opinions est un obstacle entre la personne, le droit chemin et la connaissance de la vérité. Allah –ta’ala- dit :

 

« Et quand on leur dit : Suivez ce qu’Allah a fait descendre, ils disent : Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres » [S. La vache (2)/ V.170.]

 

Cela comprend ceux qui ne nos jours, suivent opiniâtrement une seule école de pensée, les soufis ou les invocateurs des tombes. Lorsqu’ils sont appelés à suivre le Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- et la Sunnah et à renoncer à leurs pratiques illégitimes, ils protestent en invoquant leurs doctrines religieuses, leurs Cheikhs, leurs pères et leurs ancêtres.

 


L’imitation des non musulmans

 

Elle est une parmi les plus fortes attractions comme il est dit dans le hadith d’Abu Waqid al-Laythi –radi Allahou ‘anhou- :

 

« Nous sommes sortis avec l’envoyé d’Allah –sal Allahou ‘alayhi wa salam- à Hunayn, alors que nous venions à peine d’embrasser l’Islam.

Les polythéistes avaient un arbre appelé Dat-Anwat sous lequel ils se retiraient pour camper et sur lequel ils accrochaient leurs armes.

Quand nous sommes passés à coté d’un arbre, nous avons dit au Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- : « Désigne-nous un arbre semblable à Dat-Anwat. Les Messager –sal Allahou ‘alayhi wa salam- s’exclama : Allahou Akbar ! Ce sont des pratiques [de mécréant] Par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, vos paroles sont semblables à celles des fils d’Israël, lorsqu’ils dirent à Moussa (Moïse) –‘alayhi as-salam- : Ô Moussa, désigne-nous une divinité semblables à leurs dieux (idoles). Il leur répondit :

« Vous êtes certes des gens ignorants » [S. Al-A’raf (7)/V.138]

Le Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- continua : certes vous imitez les gens qui vous ont précédé. »

[Rapporté par At-Tirmidhi.]

 

Ce hadith montre que l’imitation des païens à entrainé les fils d’Israël et certains Compagnons du prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- à formuler une telle requête.

 

Cela est encore vrai de nos jours, où de nombreux musulmans imitent les infidèles dans leurs innovations et leur polythéisme. La fête de la naissance du Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam, la détermination de moments spécifiques pour l’accomplissement d’actes particuliers, la célébrations d’événements historiques de l’Islam, le dressage de statues pour la mémoire, les innovations liées aux funérailles et la construction d’édifices sur les tombes en sont quelques exemples.

 

[Sources : « L’innovation, sa définition, ses catégories, son statut », Cheikh Al-Fawzan, Editions Assia, pp. 21-26]

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

Repost 0
Published by abdelrahim.medine.over-blog.com - dans Innovation - بدعة
commenter cet article