Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • : Ahl As-Sunnah wa-l-Jamâ’ah ne délaisse pas la Sunna pour comprendre le Coran
  • Contact

Compteur

Compteur Global

Recherche

Catégories

Liens

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:42
حضور جنازة الكافر القريب
الشيخ مقبل بن هادي الوادعي
المرجع: الرحلة الأخيرة - ص212
بعض الناس يسلمون في هذه البلاد وما زال لهم أقارب كأب أو أم كافر فعند موت هذا الكافر ماذا يصنع هذا المسلم ؟
يذهب يواري الجنازة معهم ، بدليل ما جاء في سنن أبي داود أن عليا رضي الله عنه أتى النبي صلى الله عليه وسلم فقال : إن عمك الضال قد مات قال : "اذهب فواره " قال : إنه مات مشركا قال : " اذهب فواره " ، فذهب فواراه وقال : " لا تحدثن شيئا حتى تخبرني " ويحضر ولا يقول شيئا . السؤال: إذا جاء القسيس وقال أشياء كالتلقين - مثلا - فإن عند النصارى تلقين مثل التلقين الذي عند المبتدعة ، فهل يبقى معهم أم يذهب ؟ الجواب: إن بقي فإن شاء الله لا بأس بذلك وينكره بقلبه " من رأى منكم منكرا فليغيره بيده ، فإن لم يستطع فبلسانه ، فإن لم يستطع فبقلبه " ، وإن مشى فهو أفضل إن شاء الله

Référence: Ar Rihlatul Akheerah / Le dernier jour : P. 212


Des gens dans ce pays se convertissent à l' Islam, mais ils ont des parents qui sont toujours Kafir, quand ce Kafir meurt qu'est ce que le Musulman doit faire ?

Il doit y aller et assister à l'enterrement avec eux en raison de la preuve dans Sunan Abi Dawud lorsqu' 'Ali -  radiala anu - est venu au Messager d'Allah     et lui a dit :

"Ton oncle qui n'a pas reçu la guidance est mort."
Ainsi il    lui a dit : "Va et enterre-le." 
Il [' Ali] a dit : "Il est mort en tant que Mushrik (polytheiste)."
Il a dit : "Va et enterre-le." 
Donc il est allé l'enterrer et il    a dit : "Ne dis rien à moins que tu ne me le dises."
Donc il s'en occupa et ne dit rien."

Question :

Si le prêtre commence à faire un discours sur un sujet par exemple, parce que les Chrétiens font [des déclarations] tout comme les gens de l'innovation, doit il rester avec eux ou prendre congé ?


Réponse : 

S'il reste, donc Insha-Allah il n'y a aucun mal mais il doit détester cela dans son coeur :

"Quiconque parmi vous voit un acte abominable alors qu'il le changer de ses mains, s'il est incapable de le faire alors [ qu'il le change] avec sa langue, s'il est incapable de faire avec sa langue alors [qu'il le change] avec son coeur..." 

S'il part alors c'est encore mieux Insha-Allah. 

Traduit par Oum 'Ikrima
copié de madeenah.com
Cheikh Abu Abdir-Rahman Mouqbil Ibn Hâdi Al Wâdi'i 
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:39
Question :

Le questionneur demande au sujet de la récitation de la Fatiha sur les morts dans les cimetières.


Réponse :

Cette chose est sans fondement.

La lecture du Coran sur les tombes n'est pas légiférée que ça soit la Fatiha ou une autre sourah.

La lecture sur les tombes ainsi que dans les cimetières est une innovation.

La Sounnah est de visites des tombes, de leur adresser le salam et de leur faire des invocations, conformément à la parole du Prophète, sallallahou 'alayhi wa sallem : 

« Visitez les tombes, elles vous rappelleront l'au-delà ».

Et il enseignait à ses compagnons, sallallaou 'alayhi wa sallem, qu'ils disent en visitant les tombes :

« Que le salam soit sur vous croyants et musulmans habitants des demeures.
Nous vous rejoindrons si Allah le veut. 
Vous êtes nos prédécesseurs et nous vous suivrons. 
Je demande à Allah de nous accorder le salut ainsi qu'à vous »

La Sounnah est ainsi, les gens leur font des dou'a, ils demandent pour eux le pardon, ils leur adressent le salam, mais en ce qui concerne la lecture, cela n'a pas de fondements.

La lecture sur les morts et dans les cimetières n'est pas légiférée, le Prophète, sallallahou 'alayhi wa sallem ne l'a pas fait, ni aucun de ses compagnons, qu'Allah les agrée.

Traduit par l'equipe d'Assounnah
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:38
1  Faire répéter l'attestation de l'unicité à un mourant

Il est légiféré de faire répéter « la ilâha illa lâh » au mourant conformément à la parole du Prophète - Prière et Salut sur lui - :

« Faites répéter « la ilâha illa lâh » à vos morts. »
Rapporté par Mouslim dans son recueil authentique.

« À vos morts » signifie : « aux mourants » ; ceux qui agonisent et dont les signes d'une mort proche sont percevables. 


2  Lorsque l'on est assuré de sa mort

On lui ferme les yeux et on lui serre les mâchoires conformément à ce qui a été rapporté dans la sunnah.


3  Il est obligatoire de laver le mort musulman sauf s'il est mort en plein champ de bataille

En effet, le martyre ne doit pas être lavé et on ne doit pas prier sur lui. On l'enterre dans ses habits. Cela conformément aux actes du Prophète - Prière et Salut sur lui - lors de la bataille d'Ouhoud.


4  Description du lavage du mort

On lui couvre ses parties intimes, on l'élève légèrement et on lui presse le ventre délicatement. 

Puis, celui qui est chargé de le laver s'enroule un tissu sur la main, ou quelque chose de semblable, et l'utilise pour lui nettoyer les parties intimes.

Puis, il lui fait les ablutions comme pour la Prière. Puis, il lui lave la tête et la barbe avec de l'eau et du jujubier (sidr), ou quelque chose de semblable. Puis il lui lave la partie droite du corps, puis la partie gauche, et répète ainsi l'opération une deuxième fois, puis une troisième fois en faisant passer à chaque fois sa main sur son ventre. S'il en sort quelque chose, il le lave et bouche les orifices naturels avec du coton, ou autres. S'il ne tient pas, on utilise de l'argile ou tout autre moyen médical moderne, tel un pansement adhésif, ou autre.

Ensuite, il lui refait les ablutions, si trois fois ne suffisent pas à le nettoyer, il le lave jusqu'à cinq ou sept fois. Puis, il l'essuie avec une serviette et lui parfume les aisselles et les membres sur lesquels il se prosternait (visage, mains, genoux, pieds). Mais s'il lui parfume tout le corps, c'est encore mieux. Il parfume également son linceul avec de l'encens. 

Si ses moustaches ou ses ongles sont trop longs, il les coupe. Il n'y a pas de mal s'il ne les coupe pas. Il ne lui brosse pas les cheveux ni rase ses poils pubiens et ni le circoncit, car rien ne prouve ces actes. 

Quant à la femme, on lui noue les cheveux en trois tresses qu'on lui met ensuite derrière la tête.


5  L'enveloppement du corps dans un linceul

Il est préférable de l'envelopper dans trois pièces de tissu blanc dans lesquelles on l'enroule, sans chemise, ni turban conformément au linceul dans lequel a été enveloppé le Prophète - Prière et Salut sur lui. Par ailleurs, s'il porte une chemise et un pagne, puis est enveloppé dans un grand drap, il n'y a pas de mal. 

Quant à la femme, elle est enveloppée dans cinq pièces de tissu : une chemise, un voile, un pagne et deux grands draps. Le petit garçon, lui, est enveloppé dans un linceul constitué d'un à trois tissus. La petite fille, elle, est enveloppée dans une chemise et deux draps.

À tous, un linceul au minimum est obligatoire couvrant tout le corps. Par ailleurs, si le mort est en état de sacralisation, il sera lavé avec de l'eau et du jujubier (sidr), et sera enveloppé dans ses deux morceaux de tissus de l'ihram ou autres. Sa tête et son visage ne seront pas couverts et il ne sera pas parfumé, car il sera ressuscité en prononçant la talbiya. Ceci, conformément au hadith authentique rapporté du Prophète- Prière et Salut sur lui.

Quant à la femme en état de sacralisation, elle sera enroulée dans un linceul comme une femme ordinaire. Toutefois, elle ne sera pas parfumée, son visage ne sera pas couvert d'un niqab et ses mains ne seront pas gantées. Pour autant, son visage et ses mains seront entièrement couverts par son linceul comme il a été indiqué ci-dessus en parlant de l'enveloppement du corps d'une femme.


6  Les personnes prioritaires pour laver le défunt, prier sur lui et l'enterrer sont dans l'ordre :

Celui qu'il a recommandé dans son testament, puis son père, puis son grand-père, puis de proche en proche parmi les hommes agnats (parents qui descendent d'une même souche masculine).

Les personnes prioritaires pour laver la défunte sont dans l'ordre :

Celle qu'elle a recommandée dans son testament, puis sa mère, puis sa grand-mère, puis de proche en proche parmi les femmes de sa famille.

Chacun des époux a le droit de laver son conjoint, car Abû Bakr El Siddîq - qu'Allah l'agrée - a été lavé par son épouse, et °Ali - qu'Allah l'agrée - a lavé son épouse Fâtima - qu'Allah l'agrée.


7  Description de la prière funéraire

Dire le Takbîr une première fois puis réciter la sourate « L'Ouverture » (El Fâtiha). Il est bon de la faire suivre par une courte sourate, ou un ou deux versets, car ceci est rapporté dans un hadith authentique d'Ibn °Abbâs - qu'Allah les agrée.

Puis dire le deuxième Takbîr puis réciter la prière sur le Prophète - Prière et Salut sur lui - comme dans le Tachahhoud.

 Puis dire le troisième Takbîr puis faire l'invocation suivante :

"Allah ! Pardonne à nos vivants et à nos morts, aux présents et aux absents, aux vieux et aux jeunes, aux hommes et aux femmes. Ô Allah ! Celui d'entre nous que Tu maintiens en vie, fais-le vivre sur la voie de l'Islam, et celui d'entre nous dont Tu as pris l'âme, fais-le mourir dans la Foi. Ô Allah ! Pardonne-lui, fais-lui miséricorde, accorde-lui le salut, efface-lui ses fautes, assure-lui une noble demeure et élargis-lui sa tombe. Lave-le avec de l'eau, de la neige et de la grêle, et nettoie-le de ses péchés et de ses fautes, comme on nettoie le vêtement blanc des impuretés. Donne-lui en échange une demeure meilleure que la sienne, une famille meilleure que la sienne et une épouse meilleure que la sienne. Fais-le entrer au Paradis, et protège-le du châtiment de la tombe et du châtiment de l'Enfer. Élargis sa tombe et illumine-la-lui. Ô Allah ! Ne nous prive pas de sa récompense et ne nous égare pas après sa mort. »

Puis dire le quatrième Takbîr et saluer une seule fois sur sa droite.

Il est conseillé de lever les mains à chaque Takbîr.

Si le défunt est une femme, on dit : « Ô Allah ! Pardonne-lui (féminin)...  » 
[Lave-la, fais-la entrer, etc.]

S'ils sont deux, on dit :  « Ô Allah ! Pardonne-leur à tout deux (duel)... »

S'ils sont plusieurs, on dit : « Ô Allah ! Pardonne-leur (pluriel)... »

(C.-à-d. en accordant en genre et en nombre).

Mais s'il s'agit d'un enfant, en lieu et place de la demande de pardon, on dit :

« Ô Allah ! Fais qu'il soit un prédécesseur, une épargne et un intercesseur exaucé pour ses parents. Ô Allah ! Alourdis par lui la balance de leurs bonnes actions et accrois leurs récompenses. Réunis-le avec les croyants pieux et mets-le sous la tutelle d'Ibrâhîm - Prière et Salut sur lui - et protège-le par Ta miséricorde du châtiment de l'Enfer. »

Conformément à la Sunna, l'Imam se tient au niveau de la tête du défunt, si c'est un homme, et au niveau du milieu du corps, si c'est une femme.

S'il y a plusieurs défunts, on place le corps de l'homme juste devant l'Imam, et celui de la femme plus en avant en direction de la Qibla. 

S'il y a des enfants, on place le jeune garçon avant la femme, puis la femme, puis la jeune fille, en plaçant la tête du garçon au niveau de celle de l'homme, le milieu du corps de la femme au niveau de la tête de l'homme, puis la tête de la petite fille au niveau de la tête de la femme, et le milieu du corps de la petite fille au niveau de la tête de l'homme.

Ensuite tous ceux qui prient se tiennent derrière l'Imam, sauf si quelqu'un ne trouve pas de place derrière l'Imam, dans ce cas, il se tient à sa droite.


8  Description de l'enterrement

Creuser profondément dans le sol ; une profondeur égale à la mi-hauteur d'un homme.

Faire des tombes latérales -Lahd- du côté de la qibla, on introduit le mort dans ce creux latéral sur son côté droit, on dénoue les liens du linceul qu'on laisse sur place.

On ne découvre ni le visage de l'homme ni de la femme.

Puis on bouche la fosse de briques naturelles (non cuites au feu) qu'on cimente avec de l'argile pour que le sable ne puisse s'introduire. S'il n'y a pas de briques, on bouche la fosse avec des planches de bois ou des pierres ou tout autre matériau. Ensuite, on couvre le trou avec de la terre.

À ce moment, il est recommandé de dire : « Au nom d'Allah ! Et selon la religion de l'Envoyé d'Allah » - « Bismillah wa 'alâ millati Rassoûli-lah » -

On surélève la tombe de la surface du sol d'un empan. Si c'est possible, on entrepose des cailloux par dessus et on asperge le dessus d'eau.

Il est recommandé à ceux qui assistent à un enterrement de se tenir debout près de la tombe et d'invoquer Allah pour le mort.

En effet, le prophète - Prière et Salut sur lui -, à la fin de l'enterrement du musulman, se tenait debout devant sa tombe et disait : 

« Priez pour l'absolution des péchés de votre frère, et demandez Allah de le raffermir, car il est en ce moment en train d'être questionné (par les anges) ».


9  L'autorisation de prier sur un mort déjà enterré sur qui personne n'a prié

Si une personne est morte et personne n'a accompli la prière mortuaire sur elle, il est recommandé de la faire sur elle après l'enterrement, parce que le prophète - Prière et Salut sur lui -,  l'a faite, à condition que ce soit dans le mois qui suit son enterrement.

Si cette période est supérieure à un mois, on n'accomplit pas cette prière, car on n'a pas de preuve que le prophète - Prière et Salut sur lui, a fait la prière mortuaire sur quelqu'un enterré plus d'un mois.


10  Il n'est pas légiféré que la famille du défunt prépare le repas aux gens

Il n'est pas légiféré que la famille du défunt prépare le repas aux gens, car le célèbre compagnon Jarir Ibn Abd Allah al Bajali -qu'Allah l'agrée - a dit : 

« Nous considérions (au temps du Prophète) que les réunions dans la maison de la famille du défunt et la préparation du repas après l'enterrement font partie de la lamentation prohibée. » 
Rapporté par l'Imam Ahmad avec une bonne chaîne de rapporteurs.

Quant à la préparation du repas pour la famille du défunt et pour leurs hôtes, elle est autorisée.

Et il est recommandé que les proches et les voisins du mort préparent le repas parce que lorsque le prophète - Prière et Salut sur lui, fût informé de la mort de Jaafar Ibn Abu Tâlib au Chêm, il demanda à ses épouses de préparer un repas pour la famille de Jaafar puis il dit :
 « Ce qui leur est arrivé les préoccupe suffisamment. »

Nul grief à la famille du défunt, s'ils veulent inviter leurs voisins ou d'autres personnes pour partager avec eux le repas qui leur a été offert.

D'après la législation islamique, il n'existe pas de limite de temps à ces invitations.


11  Il est interdit à une femme de porter le deuil d'une personne plus de trois jours, sauf pour son mari pour lequel elle doit porter le deuil pendant quatre mois et dix jours.

Il est interdit à une femme de porter le deuil d'une personne plus de trois jours, sauf pour son époux pour lequel elle doit le porter durant quatre mois et dix jours.

Si la femme est enceinte, le deuil se termine à l'accouchement comme le prouvent les hadiths authentiques.

L'homme, quant à lui, n'a pas le droit de porter le deuil de quiconque, faisant partie de la famille ou pas.


12  Il est autorisé aux hommes de visiter les cimetières, de temps à autre, pour invoquer en faveur du mort, pour implorer la miséricorde d'Allah et se rappeler de l'au-delà

Il est autorisé aux hommes de visiter les cimetières, de temps à autre, pour invoquer en faveur du mort, pour implorer la miséricorde d'Allah et se rappeler de l'au-delà.

Le prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Rendez visite aux morts, car cela vous rappelle l'au-delà. »
(Rapporté par l'Imam Mouslim).

Le prophète - Prière et Salut sur lui - a également appris aux compagnons, quand ils rendaient visite aux morts, de dire :

« Que le salut soit sur vous, habitants de ces demeures, croyants et musulmans. Bientôt, quand Allah le veut, nous vous rejoindrons. Nous implorons Allah de vous accorder, et à nous aussi, le Salut. Qu'Allah soit miséricordieux envers les premiers et les derniers d'entre nous. »

Les femmes, quant à elles, ne sont pas autorisées à visiter les cimetières, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - a maudit les femmes qui visitent les cimetières et parce qu'on craint pour elles le polythéisme (Fitna) et le manque de patience. De même, il leur est interdit d'accompagner le convoi funèbre jusqu'au cimetière, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - leur a interdit cela.

Cependant, elles sont autorisées à accomplir la prière mortuaire dans la mosquée ou dans un lieu de prière comme les hommes.
       
 
Remarque importante

L'avis authentique est que le lavage du mort n'annule pas les ablutions.

Ceci est l'avis de la majorité des savants, car il n'y a aucune preuve à ce sujet. Mais si celui qui lave un corps touche les parties intimes du mort, sans tissu, ni vêtement, il doit obligatoirement refaire les ablutions.

De même, toucher une femme n'annule jamais les ablutions, que ce soit avec plaisir ou non, d'après l'avis le plus authentique des savants, tant qu'aucun liquide n'est secrété, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - embrassait certaines de ses épouses, puis il priait sans refaire ses ablutions.

Quant à la parole d'Allah Le Très Haut, dans le verset de la sourate « Les Femmes » et de la sourate « La Table servie » : {Ou si vous avez touché les femmes}
Sourate « Les Femmes » verset 43, sourate « La Table servie » verset 6., le sens voulu est en fait l'acte sexuel, et ceci d'après l'avis le plus authentique des savants. C'est également l'avis d'Ibn °Abbâs - qu'Allah l'agrée - ainsi qu'un groupe de prédécesseurs et de ceux qui les ont suivis.

Tiré du livre intitulé : 
Les leçons importantes pour toute la communauté
Dix-huitième Leçon : La préparation du mort,
la prière funéraire et l'enterrement
Par Son Excellence :
Abd Al 'Azîz Ibn 'Abd Allah Ibn Bâz
- qu'Allah lui fasse miséricorde -
copié de salat-janaza.com
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:37
Question :

Est-il autorisé de poser un morceau de fer (hadîdah) ou un écriteau (lâfitah) sur la tombe du défunt sur lequel figurera des versets coraniques en sus de [son] nom et la date de son décès...  ? 

Réponse du Noble Chaykh 'Abdu-l'Azîz Ibn 'Abd-Allâh Ibn Bâz -rahimahu-llâh- :

Il n'est pas permis d'écrire sur la tombe du mort ; que cela soit des versets coraniques ou autre chose, sur une [plaque de] fer, de bois ou autre... [et cela,] d'après ce qui a été affirmé du Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- du hadîth de Djâbir -l'Agrément d'Allâh sur lui- qui dit :

« Il interdit (nahâ) que la tombe soit enduite de plâtre, qu'on s'y assoit ou qu'on lui construise [quelque chose par dessus]. » 

rapporté par l'Imâm Muslim dans son « Authentique ». At-Tirmidhî et An-Nasâ î ont [rapporté cet] ajout dans une chaîne de transmission authentique : 
« ... et qu'on y écrive. » 

Traduction : MUKHLISÛN
Source de l'original
« Le livre de la da'wah » : tome 1, page 24, 25, 26 [et] « Rassemblement de fatâwâ et d'articles divers » : tome 4.
copié de mukhlisun.over-blog.com
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:36
Question : 

Est-ce que l'écriture d'un testament est obligatoire ?
Des témoins sont-ils nécessaires ?
Je ne connais pas le style dans lequel on l'écrit, et je souhaite de votre part une orientation.
 

Réponse : 

Le testament doit être écrit de la façon suivante : « Je suis untel fils d'untel, ou fille d'untel, j'informe que j'atteste qu'il n'y a point de divinité en dehors d'Allah, Seul, sans associé, et que Muhammad est Son serviteur et Messager, qu'Eissâ (Jésus) est le serviteur d'Allah et Son Messager et Sa parole transmise à Maryam (Marie), que le Paradis existe, que l'Enfer existe, que l'Heure arrivera sans nul doute, et qu'Allah ressuscitera les morts.

Je recommande à ma famille et à mes proches de craindre Allah, d'avoir un bon comportement les uns envers les autres, d'obéir à Allah et Son Messager, de se recommander mutuellement la vérité et la patience.

Je leur recommande à l'instar d'Ibrâhîm (Abraham) et Yacqûb (Jacob), quand ils s'adressèrent à leurs fils :

« Ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu'en Soumis ! (à Allah). »
[la vache verset 132] 


Puis, il rappelle ce qu'il donne de son argent (à une tierce personne n'ayant pas droit à la succession), ne dépassant pas un tiers de sa fortune, clarifie ses dépenses légitimes, et nomme la personne qui se chargera de tout.

En effet, le testament n'est pas obligatoire, mais il est recommandé, conformément à ce qui a été rapporté dans les Sahîh d'al-Bukhârî et de Muslim, selon Ibn Umar, qu'Allah les agrée, le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :

« Un musulman qui possède une chose dont on peut disposer après sa mort, n'a pas le droit de rester deux nuits sans que son testament ne soit écrit devant lui. »
[Al Boukhari, Muslim] 

Par contre, s'il a des dettes ou des droits sans preuve écrite, il doit les signaler afin que les droits des gens ne soient pas lésés.

De même, il est préférable d'avoir deux témoins et de faire certifier son testament par une personne de science ; il ne doit pas se contenter de l'écrire, pour éviter toute falsification. Et c'est Allah Qui accorde le succès. 

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Revue des Recherches Islamiques, n° 33, page 111. 
copié de salat-janaza.com
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:34
Questions : 

Est-il permis de mettre un vêtement noir pour le deuil d’un défunt, surtout s’il s’agit de son mari ?

Réponse : 

Se vêtir de noir en cas de malheur est une habitude fausse et sans fondement, et il convient devant un malheur de faire ce qui est conforme à la Loi islamique.

Il convient de dire :

« Nous appartenons à Allah et c’est vers Lui que nous retournons ; ô Allah, récompense-moi dans mon malheur et fais-le suivre par ce qui est meilleur pour moi. »

Si la personne dit cela avec foi et en comptant sur Allah, qu’Il soit Glorifié, Allah la récompense et lui accorde mieux que ce qu’elle a perdu dans son malheur.

Par contre,
mettre un vêtement particulier comme le noir ou autre est un acte sans fondement, faux et blâmable

Fatwa de cheikh Otheimine
Fatâwâ al-Mar’a, page 75
copié de salat-janaza.com
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:33
Question :

Je suis converti al hamdulillah et j'ai entendu le hadith ou il faut se faire enterrer là ou on meurt.

Je voudrais savoir si je meurs en France (qu'Allah m'en préserve ainsi que tous les musulmans Amine) est-il meilleur pour moi de me faire enterrer ici (sachant qu'il y a un cimetière chrétien avec un "carré" musulman) ou si j'en ai la possibilité (ce qui n'est pas sûr au jour d'aujourd'hui) de faire rapatrier mon corps en Algérie (pays d'origine de
ma femme) ?

Barak Allah ou fikoum pour votre aide.

Bismi Allah el Rahman el Rahim 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux 

Louange à Allah ; c'est Lui que nous louons et dont nous implorons l'aide et le pardon.
Et nous recherchons refuge auprès d'Allah contre la méchanceté de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

Le Sheikh Abdelmalik Ramadani (qu'Allah le préserve) répond : 

Deux cas se présentent :

  • Comme cela m'a été rapporté en France, si une personne est enterrée puis ne paie pas la cotisation ou la location de la parcelle destinée a son corps, alors ils le déterrent puis brulent ses os.
    Si c'est le cas alors il devra faire rapatrier son corps en terre d'islam.

  • Si cela n'est pas le cas, alors il se fera enterrer dans la parcelle des musulmans en France, et cela en conformité avec les hadiths commandant de s'empresser d'enterrer le mort et de l'enterrer à l' endroit ou il meurt. Wa Allahou a'lam.

[Abdelmalik Abou Adam al-firansi le 10/03/1430 - 06/03/2009 Joubail - Arabie Saoudite]


copié de dourouss-abdelmalik.com

Cheikh 'Abdel-Malik Ar-Ramadhâni
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:30
Question : 

Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : 

« Quand 
Ramadan arrive les portes du Paradis sont grandes ouvertes et les portes de Feu de l'enfer fermées. » 

Cela signifie-t-il que celui qui meurt pendant Ramadan entre au Paradis sans questionnement ?

Réponse : 

La situation n'est pas ainsi.

Plutôt, cela signifie que les portes du Paradis sont grandes ouvertes comme une inspiration aux musulmans pour leur rendre facile leur entrée (au Paradis).

Et les portes du Feu de l'enfer sont fermées pour éloigner les croyants des péchés de façon à ce qu’ils n'entrent pas (par) ces portes.

Et cela ne signifie pas que celui qui meurt pendant Ramadan entre au Paradis sans interrogation, plutôt ceux qui entreront au Paradis sans interrogation sont ceux que le messager (
salallahu ‘alayhi wa salam) a décrit dans sa parole : 

« Ce sont ceux qui ne demandent pas qu’on leur fasse de Ruqyah, ni de cautérisation, qui ne consultent pas les augures, et qui placent toute leur confiance en leur Seigneur. »

Shakyh Ibn Al-'Uthaymin
Fatawa Ramadhan - volume 2, p.744, Fatwa n°754;
Fatawa Shaykh Muhammad Salih Al-Uthaymin - volume 1, p.561

copié de salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:26

Il a été demandé à notre éminent savant SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) un avis sur le fait des condoléances faites dans les journaux ? 
Est-ce considéré comme une sorte d'annonce de la mort interdite en Islâm ou pas ?

Notre SHeikh a répondu que cela n'est pas considéré comme une annonce interdite en soi (en Islâm).
Mais il est préférable de le délaisser pour l'argent que cela peut coûter en dépense (pour sa publication dans les journaux). 
[1]


Notes
[1] Madjmu' Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 13/408
copié de manhajulhaqq.com

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdi-llâh Ibn Bâz
Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:23
'Ibn ' Umar (radhi-yallaahu ' anhumaa) a dit :

" J'étais avec le Messager d'Allah (sal-Allahu ' alayhi wa sallam) quand un homme des Ansar s'est approché du Messager d'Allaah (sal-Allahu ' alayhe wa sallam) l'a salué et a dit : 

"O Messager d'Allah (sal-Allahu ' alayhi wa sallam) lesquels des croyants sont les meilleurs ?" 

Il a répondu : "Ceux qui ont les meilleurs caractères".

Alors il a demandé : "Lesquels des croyants sont les plus intelligents ?" 

Il repliqua : "Ceux qui se rappellent de la mort le plus souvent et ceux qui sont les mieux préparés pour ce qui viendra après.

Ceux-ci sont les intelligents".

Déclaré hassan par Shaykh Al-Albaani dans Silsilah Al-Ahaadith As-Sahihah en vertu de toutes les différentes chaines de narration.


copié de fatwa-online.com

Traduit par Oum 'Ikrima
Repost 0