Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • : Ahl As-Sunnah wa-l-Jamâ’ah ne délaisse pas la Sunna pour comprendre le Coran
  • Contact

Compteur

Compteur Global

Recherche

Catégories

Liens

19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 01:38

    

yqWV4Question :

 

Qu’en est-il concernant les catégories de chirk (association) ?

 

Réponse du cheikh :

 

Nous avons dit précédemment dans un autre sujet que le tawhîd comprend une affirmationet une négation (1), que le fait de se limiter dedans à la négation est de l’athéisme, et que le fait de se limiter à l’affirmation n’empêche par le fait de donner des associés [à Allah].

 

De ce fait, il est indispensable en matière de tawhîd d’avoir une affirmation et une négation.

 

Celui qui n’affirme pas le droit d’Allah de cette façon lui a donné des associés.

 

Le chirk se divise en deux catégories : un chirk majeur qui fait sortir de la religion et un chirk qui est en dessous du premier.

 

puce_noire.gif La première catégorie, à savoir le chirk majeur, correspond à tout ce qui a été désigné comme du chirk par le Législateur (Allah) et qui fait sortir l’individu de sa religion, comme le fait d’accomplir l’un des types d’adoration destinés à Allah (عز وجل) pour autre que Lui.

 

Comme le fait de prier pour autre qu’Allah, de jeûner pour autre que Lui, ou de sacrifier pour autre que lui.

 

Fait également partie de l’association majeure le fait que l’individu invoque autre qu’Allah (عز وجل), comme invoquer l’occupant d’une tombe, qu’il appelle une personne absente pour qu’elle lui vienne en aide dans une chose pour laquelle seul Allah (عز وجل) peut l’aider.

 

Et les formes de chirk sont connues et ont été exposées par les gens de science.

 

puce_noire.gif La seconde catégorie, le chirk mineur, correspond à toute parole ou acte qui a été désigné comme étant du chirk dans la Législation, mais qui ne fait pas sortir son auteur de la religion, comme le fait de jurer par autre qu’Allah.

 

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

 

« Celui qui jure par autre qu’Allah a mécru ou donné des associés [à Allah]. » (2) 

 

Le fait de jurer par autre qu’Allah, pour celui qui ne croit pas qu’un autre qu’Allah égale Allah dans Sa magnificence, fait de lui un mouchrik (associateur), auteur d’un petit chirk, que celui par qui l’on jure soit quelqu’un de très important parmi les hommes ou non.

 

Il n’est ainsi pas permis de jurer par le Prophète (صلى الله عليه وسلم), ni par un président, ni par un ministre, comme il n’est pas permis de jurer par la Ka’bah, par Jibrîl ou Mîkâ’îl, car ceci est du chirk.

 

Mais c’est du chirk mineur, qui ne fait pas sortir de la religion.

 

Et parmi les formes de chirk mineur, on compte l’ostentation (riyâ’).

 

Comme lorsque l’homme effectue une prière pour Allah (عز وجل) mais embellit cette prière car il sait que quelqu’un le regarde.

 

Il enjolive donc sa prière par ostentation pour les autres.

 

Celui-ci est un mouchrik, qui a commis du chirk mineur.

 

En effet, il a effectué l’adoration pour Allah mais y a ajouté cet embellissement pour le regard des gens.

 

De même lorsque la personne donne l’aumône pour se rapprocher d’Allah mais cherche en même temps par cet acte l’approbation des gens.

 

Celui-ci est un mouchrik auteur d’un acte de chirk mineur.

 

Et les formes de chirk mineur sont nombreuses et répertoriées dans les livres des gens de science.

 

(1) NDT :La négation est le fait de nier le droit de quiconque à être adoré, et l’affirmation le fait d’affirmer qu’Allah est digne d’être adoré.

La négation et l’affirmation prises ensemble signifient donc qu’ : « il n’y a pas de divinité digne d’être adorée excepté Allah ».

(2) Authentique : al silsilah al sahîhah (n°2042). 


أنواع الشرك

السؤال (45): فضيلة الشيخ ، ما هي أنواع الشرك؟

الجواب : سبق لنا فيما تقدم أن التوحيد يتضمن إثباتاً ونفياً ، وأن الاقتصار فيه على النفي تعطيل ، والاقتصار فيه على الإثبات لا يمنع المشاركة ، فلهذا لابد من التوحيد من نفي وإثبات ، فمن لم يثبت الحق لله عز وجل على هذا الوجه، فقد أشرك به.

والشرك نوعان: شرك أكبر مخرج عن الملة ، وشرك دون ذلك ، فالشرك الأكبر: كل شرك أطلقه الشارع ، وهو متضمن لخروج الإنسان من دينه، مثل أن يصرف شيئاً من أنواع العبادة لغير الله عز وجل، كأن يصلي لغير الله ، أو يصوم لغير الله ، أو يذبح لغير الله ، وكذلك من الشرك الأكبر أن يدعو غير الله عز وجل ، مثل أن يدعو صاحب القبر ، أو يدعو غائباً ليغيثه من أمر لا يقدر عليه إلا الله عز وجل ، وأنواع الشرك معلومة فيما كتبه أهل العلم.

وأما النوع الثاني: فهو الشرك الأصغر  ، وهو كل عمل قولي أو فعلي أطلق الشارع عليه وصف الشرك ولكنه لا يخرج من الملة مثل الحلف بغير الله ، فإن النبي صلى الله عليه وسلم قال : "من حلف بغير الله كفر أو أشرك"(27)، فالحالف بغير الله الذي لا يعتقد أن لغير الله تعالى من العظمة ما يماثل عظمة الله ، نقول : إنه مشرك شركاً أصغر ، سواء كان هذا المحلوف به معظماً من البشر أم غير معظم فلا يجوز الحلف بالنبي صلى الله عليه وسلم  ، ولا برئيس أو وزير ولا يجوز الحلف بالكعبة ، ولا يجوز الحلف بجبريل وميكائيل وما أشبه ذلك ، لأن هذا شرك ، لكنه شرك أصغر ، لا يخرج من الملة .

ومن أنواع الشرك الأصغر : الرياء اليسير ، مثل أن يقوم الإنسان يصلي لله عز وجل ، ولكنه يزين صلاته لأنه يعلم أن أحداً من الناس يراه فيزين صلاته من أجل مراءاة الناس ، فهذا مشرك شركاً أصغر ، لأنه فعل العبادة لله لكن أدخل عليها هذا التزيين مراءاة للخلق. وكذلك لو أنفق ماله في شيء يتقرب به إلى الله، لكنه أراد أن يمدحه الناس بذلك ، فإن هذا مشرك شركاً أصغر. وأنواع الشرك الأصغر أيضاً كثيرة معلومة في كتب أهل العلم.  

 

clipart_fleches_0198.pngOriginal en arabe

 

[Majmou’ fatâwâ (2/202)]

Traduit par l’équipe de Sounnah-Diffusion

copié de sounnah-diffusion.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 01:34

    

gre.jpg Le savantissime al ´Othaymine a dit :

 

Celui qui revendique que le tawhid est divisé en quatre en nommant le quatrième par le tawhid de la gouvernance, il est considèré comme un innovateur.

 

Cette division est une innovation provenant d'un ignorant.

 

Et il ne connait rien, ni dans la croyance, ni dans la religion.

 

BUL023 En effet, le tawhid de la gouvernance rentre dans le tawhid de la seigneurie dans le sens qu'Allah azza wa jal juge avec ce qu'il veut.

 

BUL023 Et il rentre aussi dans le tawhid de l'adoration dans le sens que le serviteur doit adorer Allah avec ce qu'Allah a jugé.

 

Donc le tawhid de la gouvernance ne sort pas des trois types de tawhid qui sont :


BUL023 le tawhid de la seigneurerie,

BUL023 le tawhid de l'adoration

BUL023 et le tawhid des Noms et des Attributs d'Allah.

 

قال العلامة ابن عثيمين 

من يدعي أن هناك قسما رابعا للتوحيد تحت مسمى توحيد الحاكمية , يعد مبتدعا فهذا تقسيم مبتدع صدر من جاهل لايفقه في أمر العقيدة والدين شيئا !! وذلك لأن الحاكمية تدخل في توحيد الربوبية من جهة أن الله يحكم بما يشاء وتدخل في توحيد الألوهية أن العبد عليه أن يتعبد الله بما بماحكم .فهو ليس خارجا عن أنواع التوحيد الثلاثة وهي : توحيد الربوبية والالوهية وتوحيد أسماء الله وصفاته 

 

copié de cherchonslehaqq.fr

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn'Outheymine

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:09

tawhid.gif

 

 

Voici notre premier article que nous avons intitulé "La négligence vis à vis du Tawhid, cause de tous les problèmes de la Oummahest une traduction d'un passage du livre Dourouss Min Al Qur'an Al Karîm issus des cours donnés par le Noble Sheykh Sâleh Al Fawzan.       

 

icone_texte.gif Dossier à télécharger

 

 

 

copié de sounnah-publication.com

 

 

 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 22:29

wala_wa-albara-copyright_box.jpgUn des plus importants principes de la foi en Islam, qui est directement relié avec le premier pilier de la foi, le Tawhid, est le principe d’Al-Walaa wal-Baraa.


Aimer pour Allah et détester pour Allah est un des plus grands principes de la foi.


C’est malheureusement un des principes les moins compris par les musulmans d’aujourd’hui dans les pays musulmans et par les musulmans qui vivent en occident parmi les Kouffars et les Moushrikines.


Comprendre ce principe est donc essentiel, car la mauvaise compréhension de ce principe peut les faire tomber dans de graves formes d’erreurs, d’extrémisme et de déviations.


icone_texte.gif Dossier à télécharger

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 03:12

Entre le polythéisme et la mécréance, il y a des généralités et des particularités.

Le polythéisme est plus général que la mécréance.

Et tout polythéiste est mécréant, alors que tout mécréant n’est pas forcément polythéiste.

Le polythéiste est celui qui adore Allâh et adore aussi autre que Lui.

Le mécréant est celui qui nie l’existence d’Allâh – Djalla wa ‘Ala, il ne connait pas Allâh, il ne connait pas ce qu’est la religion parmi les religions, tel est le mécréant renégat (incroyant).

Le polythéiste lui connait et croit, ceci dit, il adore Allâh et adore autre que Lui.

Tel est donc le polythéiste mécréant.

Tout polythéiste est mécréant, alors que tout mécréant n’est pas forcément polythéiste.

Certes, le mécréant est un athée renégat. Allâh -Ta’âla – dit :

« Certes Allâh ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. » [1]

Ce verset indique que le polythéisme est le plus grave des péchés, au point qu’Allâh ne pardonne pas celui qui se donne à ce péché, en dehors de celui qui se repent :

« En dehors de cela »

Ce qui veut dire, en dehors du polythéisme, comme la fornication, la consommation du vin, le vol, l’usure, tout cela est en dehors du polythéisme.

Cela entre en dessous de la volonté d’Allâh, et leurs auteurs sont des gens qui commettent les grands péchés, ils sont jugés comme des pervers.

Ceci dit, à travers ces péchés, ils ne sont pas tombés dans le polythéisme, ils tombent dans les grands péchés.

C’est ce qui diminue la foi, et nous les jugeons comme étant des pervers.

Et s’ils meurent ainsi sans s’être repentis, ils entrentsous la volonté d’Allâh – si Allâh le veut, à savoir soit Il leur pardonne s’ils sont des gens du Tawhîd, et s’Il le veut, Il les châtie pour leurs péchés, puis ensuite Il leur accorde le Paradis de part le fait que le Tawhîd restait présent en eux .

Cela est donc la finalité des gens auteurs des grands péchés en dehors du polythéisme.

Et dans la parole d’Allâh – Ta’âla :
 
« En dehors de cela » Cela indique l’ensemble des péchés en dehors du polythéisme.

Car le polythéisme est le plus grave et le plus dangereux des péchés.

Et cela indique donc la dangerosité du polythéisme, qui constitue le plus grand des péchés. 
[2]


Notes
[1] Coran, 4/48
[2] Kitâb « Silsilatu Charh ir-Rassâ-îl » du SHeikh Sâlih al-Fawzân
copié de manhajulhaqq.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 03:07
Qu'Allah ait pitié de toi ! Sache que...
 
Celui qui regarde cet univers céleste et terrestre, toutes les créatures qui s'y trouvent et tous les événements qui s'y déroulent pourra se rendre compte, après méditation, que les hypothèses rationnellement plausible sont au nombre de trois:

 Soit ces créatures existent par elles-mêmes sans concepteur ni créateur. Cette hypothèse est impossible, la raison en affirme nécessairement l'invalidité. Il est certain que les individus qui penseraient que cela est possible sont plus proches de la folie que de la raison car toute personne sensée sait que rien ne peut exister sans concepteur.

2 
 Soit ces créatures se sont elle-mêmes créées. Rationnellement, cela également est nécessairement impossible. Toute personne sensée affirme catégoriquement que rien ne peut se créer tout seul.

 Puisque les deux hypothèses précédentes sont invalides du point de vue de la raison et de l'instinct. Il en résulte donc que seule la troisième est possible. A savoir que ces créatures et ces événements ont été créés par un concepteur. Il s'agit de ce Grand Seigneur qui a absolument tout créé, qui est absolument libre d'agir comme bon lui semble et qui dirige absolument tout.
C'est pour cela qu'Allah, dans le verset suivant, fit allusion à cette classification rationnelle claire aux yeux de toute personne sensée:

< Ont-ils été créés à partir de rien ou sont-ils eux-mêmes les créateurs ? Ont-ils créé les cieux et la terre ? Ils n'ont en fait aucune certitude >
 (Sourate Tûr:: 35,36)

  • Ce qui est créé requière donc nécessairement un créateur
  • tout effet requière nécessairement une cause
  • tout ce qui existe requière nécessairement un concepteur
  • tout ce qui est fabriqué requière nécessairement un fabricant
  • et tout acte accompli requière nécessairement un acteur

Ce sont là des éléments basiques et évidents sur lesquels toutes les personnes sensées sont unanimes.

Ce point est le plus important des énoncés rationnels, et donc toute personne qui doute à son sujet ou n'est pas convaincu de son caractère logique donne la preuve de son inconsistance et de son ignorance.

Editions Dar Al Muslim
Extrait de Comment j'ai connu Allah de Cheikh Sa'di

copié de salaf-salahin.over-blog.com
Cheikh Abu 'Abdellah Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa'di
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 03:03

D’après ce qui a été établi dans la Shari’a (loi prescrite), l'humanité était – au début – une seule nation reposant sur le vrai Tawhid (unicité d’Allah), puis le Shirk (orientant toute partie ou forme de culte, ou toute autre chose qui est strictement réservé à Allah vers autre qu'Allah) a graduellement touché cette nation.

La preuve de ceci est l'énonciation d'Allah le très haut :

« L'humanité était une Oumma (nation), puis Allah a envoyé les prophètes apportant de bonnes nouvelles et des avertissements. » (Sourate Baqara 2- verset 213)

Ibn 'Abbas – radya Allah ‘an hou- dit :

Entre Nouh (Noé) et Adam il y eut dix générations, toutes étaient sur la Shari’a (loi) de la vérité, puis elles ont différé. Ainsi Allah a envoyé des prophètes comme messagers de bonnes nouvelles et en tant qu’avertisseurs"  
[Tahdhir As-Saajid min Ittikhadh Al-Qoubour Masaajid (pp.101-106)]

Ibn 'Urwah Al-Hanbali (d.837 H) a indiqué :

"Cette énonciation réfute ces historiens des Gens du livre qui affirment que Qabil (Caïn) et ses fils étaient des adorateurs du feu" (rapporté par Ibn DJarir -Tabari dans à son Tafsir (4/275) et à Al-Hakim (2/546) qui a indiqué : "il est authentique selon le critère d'Al Boukhari." Adh-Dhahabi a agrée également). 

Je dis : En cela se trouve également une réfutation de la théorie de certains philosophes athées qui réclament que la base (naturelle) de l'homme est le Shirk, et que le Tawhid est apparu chez l'homme ! Le verset précédant réfute cette affirmation, de même que les deux hadiths authentiques suivants :

 Premièrement : 

Son (le Prophète ) affirmation qu’il tient de son seigneur (Allah) : 

" j'ai créé tous mes serviteurs sur la religion vraie (sur le Tawhid, exempt de Shirk). Puis les diables sont venus à eux et les ont égarés de leur vraie religion. Ils ont rendu illicite aux gens ce que j'avais rendu licite pour eux, et ils leur ont ordonné de M’associer dans le culte, ceux là même que j'avais envoyé ici bas sans aucune autorité. " 
(Al Khawakib Ad-Dourari fi Tartib Mousnad Al Imam Ahmad 'ala Abwab Al Boukhari (6/212/1).

 Deuxièmement : 

Son (le Prophète ) affirmation : 

" chaque enfant naît sur la Fitrah mais ses parents en font un juif ou un chrétien ou un mazdéen. C’est comme la manière dont un animal donne naissance à une progéniture normale. As-tu déjà assisté à une (progéniture) née mutilée avant que vous ne la mutiliez. " 
[Rapporté par Mouslim (8/159) et Ahmad (4/162) de 'Iyaadh ibn Himar Al-Mujaashi'ee radya Allah 'an hou]

Abou Hurayra a indiqué : Récite si tu le souhaite :

"la fitrah d'Allah selon laquelle il a créé l'humanité. Il n’y a aucun changement à la création (la religion) d'Allah. " (Ar-Roum Surah 30 – verset 30)

Note :

[Des rédacteurs]  Ibn-Al-Athir a indiqué dans An-Nihaayah (3/457) : 

"Al-Fitr : signifie commencer et créer, et Al-Fitrah est la condition résultant d'elle. 
La signification est que l'humanité était née selon une nature qui la rendait prête à accepter la religion vraie. 
Ainsi si elle avait été laissée sur ces bases, alors elle aurait continué dessus. 
Cependant, ceux qui dévièrent de ceci le firent en raison des faiblesses humaines et du suivi aveugle des autres....."

Al-Hafidh Ibn Hajar a indiqué en Al Fath (3/248) : 

"le peuple diffère au sujet de ce qui est signifié par Al Fitrah et l'énonciation la plus connue est qu'elle signifie l'Islam."

Ibn ‘Abd Al Bar l’a indiqué : 

"C'est ce qui était bien connu de la majeure partie des Salafs (prédécesseurs pieux), et les disciples du Tafsir conviennent que ce qui est signifié par l'énonciation d'Allah - Le Plus Haut - la "Fitrah d'Allah selon laquelle il a créé l'humanité." est l'Islam)."

Après cette explication claire, il est de la plus grande importance que les musulmans sachent que le Shirk s’est répandu parmi les croyants, après qu'ils étaient mouwahhidine (des gens du Tawhid)

A propos de l'énonciation d'Allah - le plus parfait - au sujet du peuple de Nouh :

"Et ils ont dit : Vous n'abandonnerez pas vos dieux, ni n’abandonnerez Wadd, ni Suwaa ', ni Yaghooth, ni Ya'ooq, ni Nasr. " (Sourate Nouh 71 – verset 23)

Il a été rapporté par un groupe du Salafs (prédécesseurs pieux), dans beaucoup de récits, que ces cinq divinités étaient des adorateurs vertueux.

Cependant, quand ils sont morts, Shaytan (Satan) a inspiré leurs peuple afin qu’ils fassent retraite et se recueillent devant leurs tombes.

Puis Ash-Shaytan (Satan) a inspiré ceux des générations suivantes qu' ils devraient les prendre comme idoles, leur embellissant l'idée qu’ils se rappelleraient ainsi d’eux et qu’ils les suivraient de ce fait dans leur vertueuse conduite. 

Puis Shaytan (Satan) suggéra à la troisième génération qu'ils devraient adorer ces idoles en dehors d'Allah - Le Plus Haut - et leur inspira que c’était ce que leurs ancêtres avaient l’habitude de faire. 

Ainsi Allah leur a envoyé Nouh (‘ alayhi Salam), leur ordonnant d’adorer Allah Seul. 

Cependant aucun n'a répondu à son appel excepté quelques uns. 

Allah - le puissant et majestueux - a relaté cet incident entier dans la Sourate Nouh.

Ibn 'Abbas relate :

" En effet ces cinq noms des hommes vertueux du peuple de Nouh. 
Quand ils sont morts Shaytan (Satan) a inspiré à leur peuple de faire des statues qui les représentent et de placer ces statues dans leurs lieux de rencontres comme rappel d'eux, et ainsi firent-elles.
Cependant, aucun parmi eux n'a adoré ces statues, jusqu’à ce que cette génération soit morte et le but des statues a alors été oublié.
Puis (la génération suivante) a commencé à les adorer. "
(Rapporté par Al Boukhari (11/418) et Mouslim (18/52)).

Les récits semblables à ceux-ci ont été également rapportés par  Ibn DJarir At-TabarI et d'autres selon les récits d’un certain nombre de Salafs (prédécesseurs pieux) – radya Allah ‘an hum.

Dans l'annonce Dou’a Al-Manthour (6/269):

Abdullah Ibn Humaid rapporte d’après Abu Muttahar, qui a dit :

"(le nom de) Yazid Ibn Al- Muhallab a été évoqué à Abu Ja'far Al- Baaqir(d.11H), et il a dit : Il a été tué à l'endroit où l’on adorait autrefois une autre divinité qu’Allah.

Alors il a mentionné  Wadd et a dit :

Wadd était un homme musulman qui était aimé par son peuple.

Quand il est mort, le peuple a commencé à se réunir autour de sa tombe dans la terre de Baabil (Babel), le déplorant et pleurant. 

Ainsi quand Iblis (Satan) les a vu pleurer et le déplorer, il a pris la forme d'un homme et est venu auprès d’eux pour leur dire : Je vois que vous le pleurez et le déplorez.

Ainsi pourquoi ne faites vous pas une image de lui (c.-à-d. une statue) et ne la placez vous pas dans vos endroits de rassemblement de sorte que vous puissiez vous rappeler de lui.

Ils dirent : Oui, et firent une image de lui et la mirent dans leurs lieux de rassemblement ; ce qui les rappela de lui.

Quand Iblis vit comment ils se rappelaient (excessivement) de lui, il leur dit :

"pourquoi chaque homme parmi vous ne fait il pas une image semblable pour la placer dans sa propre maison, de sorte que vous puissiez (constamment) vous rappeler de lui."

Ainsi ils dirent tous "oui". Ainsi chaque ménage fit une image de lui, qu'ils adorèrent et vénérèrent et qui les rappela constamment de lui.

Abu Dja'far a indiqué : " ceux de la génération postérieure ont vu ce que (la génération d’avant) avait fait et considérèrent cela....d’une telle ampleur qu'ils le prirent pour divinité en dehors d’Allah. Il dit alors: " C'était la première idole adorée en dehors d’Allah, et ils ont appelé cet idole Wadd"
(Rapporté par Al Boukhari (8/534))

Ainsi la sagesse d'Allah - Le Plus Haut - était accomplie, quand il a envoyé Muhammad (صلى الله عليه وسلم) en tant que prophète final et a fait de sa Shari’a l'accomplissement de toutes les lois divinement prescrites, du fait qu’il a interdit tous les moyens et toues voies par lesquels les gens peuvent tomber dans le Shirk (l’association – le polythéisme) - qui est le plus grand des péchés.


Pour cette raison, la construction de châsse tombales au-dessus des tombes et prévoir de voyager spécifiquement vers ces lieux comme endroits de festivité et de recueil en prêtant serment à l’occupant d’une tombe ; a complètement été interdit
.

(Rapporté par Ibn Abi Haatim également, de même que dans 
Khawakib Ad-Dourari (6/112/2) d’Ibn ‘Ourwah Al-Hanbali, avec un isnad qui est Hasan, jusqu'à Abu Muttahar.

Cependant, aucune biographie n'a pu être trouvée de lui, pas plus que dans Ad-Dawlabi's 
al-Kounaa wal-Asmaa, ni Al-Kounaa de Mouslim, ni quiconque.

Et le défaut caché est qu’il est des Chi’a (Chiites) mais sa biographie n’est pas incluse dans Tawsi’at el Kounaa de l’index des narrateurs chiites.)

Tout ceci mène à l’excès et au culte d’autres divinités qu'Allah - Le Plus Haut.

Ceci est encore plus le cas dans une époque dans laquelle la connaissance diminue, l’ignorance augmente, il n’y a que peu de conseillers sincères (à la vérité) et Shaytan coopère avec les hommes et les djinns afin d’égarer l'humanité et les éloigner du culte d'Allah l’Unique – Le Plus Haut.

Source : www.alalbany.net   
Sheikh Muhammad Nasr Ad-Dinne Al Albani (rahimahou Allah) 
Cette traduction est tirée du livre :
" Tahdhir As-Saajid min Ittikhadh Al-Qoubour Masaajid" - La mise en garde contre le fait de prendre les tombes comme mosquées.
Traduction rapprochée : Mahmoud Abou Abderahman ibn Ali 
revu par Ibn Hamza Al Djazairy 
28 dhoul al qui’da 1426 – 30/12/05

Télécharger en arabe : تحذير الساجد من اتخاذ القبور مساجد


copié de alghourabaa.free.fr

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany

Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 02:58

Les 6 fondements de cheikh al islam Mohamed Ibn 'Abdelwahhab
icone_audio.gif Explication audio de Oussoul sitta

Farid Joum'a Zemour el Djazairi est un étudiant en science religieuse en Arabie Saoudite. Après avoir débuté l'apprentissage de la langue arabe en France, le frère Farid se dirigea vers la Syrie et y résida quelques années.

Il y étudia l'arabe, la grammaire arabe, le Coran, le tajweed, le hadith, la croyance et d'autres sciences.

Ses professeurs furent Cheikh Abdelqader al Arnaout, Cheikh Mohammed 'Id 'Abassi, Cheikh Sa'id al Boustani et d'autres.

Le frère Farid continua sa recherche de la science en Arabie Saoudite, dans la ville de Médine, où il étudia notamment avec Cheikh Rabi' ibn Hadi al Madkhali, Cheikh 'Oubeid al Djabiri, Cheikh Abderazzaq ibn Abdelmohsin al 'Abbad et Cheikh Saleh as-Souheymi.

Lorsque Cheikh Rabi' ibn Hadi al Madkhali déménagea vers La Mecque, le frère Farid le suivi pour continuer à étudié auprès de lui.

Ses autres professeurs à la Mecque furent Cheikh WassiAllah al 'Abbad, Cheikh Mohammed 'Omar Bazmoul et Cheikh Zayd al Madkhali.

Il a aussi voyagé à Jizanne pour étudier avec Cheikh Ahmed Nadjmi.

Le frère Farid continu a rechercher la science en Arabie Saoudite, qu'Allah assiste le frère et le préserve.
Farîd el Makky
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 02:57


Une action n'est acceptée par Allah le Béni et le Glorifié
que si elle contient deux conditions

 Premièrement : elle doit être faite exclusivement (en toute pureté) pour le Visage d'Allah le Puissant et Majestueux.

 Deuxièmement : elle doit être juste et elle ne peut être juste, que si elle est établie sur la sunna, sans s'y opposer.

Il a été confirmé par les chercheurs des gens de science, que tout acte présumé d'adoration que le prophète ( sallallahu ' alayhi wa sallam) n'a pas légiféré par sa parole , ou qu'il n'a pas exécuté pour se rapprocher d'Allah - est en opposition avec la sunna.

Donc la  sunna consiste en deux parties, sunnatul fi'iliyyah (la sunna des actions) et sunnatut tarkiyyah (la sunna de délaissement). 

Ainsi quels soient les actes d'adoration que le prophète ( sallallahu ' alayhi wa sallam) a délaissé, alors c'est une sunna de les délaisser.

Ne voyez-vous pas les exemples de cela pour l'adhan (l'appel à la prière) des deux 'ids et pour l'enterrement des morts, bien qu'une personne puisse être occupée dans le souvenir et la glorification d'Allah le Puissant et Majestueux.

Il n'est pas permis de se rapprocher d’Allah par cela.

En effet les compagnons du prophète (sallallahu ' alayhi wa sallam) ont compris cette signification, donc ils ont émis des avertissements généraux contre les innovations, comme ce qui est rapporté à ce sujet de Hudhayfa (radiyalaahu ' anhu), qui a dit :

"Tout acte d'adoration que les compagnons du messager d'Allah n'ont pas exécuté, alors ne les faites pas."

' Abdullah Ibn Mas'oud ( radiyallahu ' anhu) a dit :

"suivez et n’innovez pas, car en effet vous avez été comblés. Accrochez-vous aux anciennes questions." [1]

Ainsi quiconque établit son adoration d'Allah conformément à la sunna de son prophète (sallallahu ' alayhi wa sallam) et ne la mélange pas avec l'innovation, et se réjouit ensuite de l'acceptation d'Allah de son obéissance.

Allah le placera sûrement au Paradis. Qu’Allah nous mettent parmi ceux qui entendent la parole et obéissent ensuite dans la bonté.


Sachez que l'innovation que vous rencontrerez est de deux types

Les innovations qui ont été extrapolées d'un texte et leur nouveauté sont mentionnées dans les livres des gens de science et c'est un signe qu'elle est parvenue à eux, et ce type est abondant.

L'autre type est, les innovations qui ne sont trouvées dans aucun texte. Au contraire la connaissance des principes et des fondations jugent qu'elles sont des innovations. Donc c'est la preuve qu'elles sont dépourvues d'origine.


Donc ces innovations proviennent des questions suivantes

 Premièrement :
 les hadiths faibles. Il n'est pas permis de les employer comme preuve, ou de les attribuer au prophète (sallallahu ' alayhi wa sallam).

Selon ce que j'ai expliqué dans l'introduction de ' 
Sifatus Salatun Nabee ', ce genre d’action ne nous est pas permis, et c'était la méthodologie d'un groupe des gens de science comme Ibn Taymiya.

 Deuxièmement :
 les hadiths inventés, ou ceux pour lesquels il n'y a aucune base.

Leur question est bien connue de quelques 
fuqahaa `(juristes légaux), aujourd’hui encore ils basent toujours leurs décisions sur eux.

Ceux-ci sont de l'essence même de l'innovation et des questions nouvellement inventées !

 Troisièmement :
 Raisonnement et approbations (istihsanat) fait par certains des juristes légaux - particulièrement les derniers parmi eux - non soutenu par quelconque preuves légales.

Plutôt elles ont continué, comme une question accepté par les musulmans, jusqu’à ce qu'elles soient placées au rang de 
sunnahs qui doivent être suivies !

Il n'est pas inconnu de celui qui a la compréhension dans sa religion, qu’il n'est pas permis de suivre cela, puisque rien ne peut être légiféré à part ce qui est légiféré par Allah.

Ainsi si une action est acceptable selon le juge- s'il est 
un mujtahid - alors Allah ne le punira pas pour cela.

Quant aux gens qui le prenne comme une législation, ou une
 sunna, alors non.

Ainsi comment cela peut-il être quand certaines de ces actions s'opposent aux actions rapportées de la 
sunna, comme suivront si Allah, le Glorifié, le veut.

 Quatrièmement :
 les coutumes ou les superstitions qui ne sont pas de la révélation et ne sont pas attestées par l'intellect, bien que certains des gens ignorants puissent œuvrer selon elles et les prendre comme révélation.

Ceux-ci ne peuvent pas être soutenus par leurs autorités, même si certains d'entre eux sont des prêcheurs vers la science, ou de ceux qui ont leur aspect.

Alors vous devez savoir que le danger de ces innovations n’est pas seulement dans une question, plutôt il est sur plusieurs niveaux.

Certains d'entre eux sont clairement  du shirk (donner des associés à Allah) et de la mécréance, comme vous pouvez le voir, et certains d'entre eux sont moins que cela.

Cependant, il nous est obligatoire de savoir que la plus petite innovation qu'un homme apporte dans la religion est interdite après que sa question ait été clarifiée (la religion est complète).

Donc les innovations ne sont pas - comme le pensent certaines personnes - seulement au niveau du 
makrouh (détestable).

Comment cela pourrait-il en être ainsi quand le messager d'Allah (
sallallahu ' alayhi wa sallam) a dit :

"toute innovation est un égarement et tout égarement est dans le Feu." ?
[2] ce qui signifie, que celui qui le fait est dans le Feu.

En effet l’imam Ash-Shatibi a confirmé cela avec les meilleurs des explications dans son livre, 
'Al-I'itisam'.

C’est pourquoi, la question de l’innovation est un grand danger.

La plupart des gens sont ignorants de cela, à part un groupe des gens de science.

Ainsi, vous suffit comme une preuve quant au danger de l’innovation, la parole du messager d'Allah :

"en vérité Allah voile le repentir de toute personne de l'innovation, jusqu’à ce qu'il ne laisse son innovation."

Ceci est rapporté par Tabarani et par Diya`ul Maqdisi dans ' 
Al-ahadithul Mukhtarah' , et d'autres qu'eux avec une chaîne authentique de narrateurs et Al-Mundhiri l’a déclaré bon. (Hassan) [3]

Donc je finis avec ces grands conseils au lecteur, d'un grand savant des premiers savants des musulmans : Shaykh Hassan Ibn ' Ali Al-Barbahari, qui était parmi les compagnons des compagnons de l'imam Ahmad, il est mort en l’an 329. Il a dit :

" Prenez garde aux petites innovations, parce qu'elles poussent et deviennent grandes.
C'était le cas de chaque innovation apportée dans cette Umma.
Elle commençait comme quelque chose de petit, portant une ressemblance à la vérité, c’est pourquoi ceux qui y sont entrés ont été induits en erreur et étaient ensuite incapables de la laisser.
Donc elle a grandi et est devenue la religion qu’ils ont suivi, ainsi ils ont dévié du chemin droit et ont ainsi quitté l’islam.
Qu’Allah vous fasse miséricorde! Examinez soigneusement le discours de tous ceux que vous écoutez, à votre époque en particulier.
N'agissez pas donc avec hâte, ni n’entrez dans tout de cela, avant que vous ne demandiez et voyiez : qui des compagnons du prophète (sallallahu ' alayhi wa sallam) en parle, ou qui (des premiers) savants ?
Ainsi si vous trouvez une narration d'eux à propos de cela, accrochez-vous y, et n’allez pas au-delà, ni ne donnez la préséance à quelque chose sur cela , sinon vous tomberez dans le Feu. "

Apprenez donc – qu’Allah vous fasse miséricorde - que l’islam d’un serviteur n’est pas complet, jusqu’à ce qu’il ne devienne un musulman obéissant et véridique.

Ainsi quiconque prétend que quelque chose reste de la question de l’islam, non achevé par les compagnons du messager d'Allah (
sallallahu ' alayhi wa sallam), alors il a, certes, menti sur eux et a causé un schisme en faisant cela et il a menti sur eux.

Donc il est un innovateur, égaré et égarant (les gens), innovant dans l’islam ce qui n’en fait pas partie.
[4]


L’imam Malik, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

"La dernière partie de cette 
umma ne sera rectifiée, que par ce qui a rectifié sa première partie. Ainsi tout ce qui ne faisait pas partie de la religion à cette époque, ne peut pas faire partie de la religion aujourd'hui. [5]

Qu’Allah fasse miséricorde à notre prophète (
sallallahu ' alayhi wa sallam) qui a dit :

"Je n'ai rien laissé qui vous rapproche d'Allah, sans que je ne vous l’ai commandé et je n'ai rien laissé qui vous éloigne d'Allah et vous rapproche du Feu, sauf que je ne vous l’ai interdit."
[6]

La louange est à Allah, par la faveur de qui les actions justes sont perfectionnées.

Traduction (p. 100-105) du livre, ' 
Nabi Hujjatun ' de shaykh Muhammad Nasirud Din Al-Albani.

Notes de bas de page

[1] Notes des traducteurs: Rapporté authentiquement dans Ad-Darimi (no) 211)  - Tabarani dans Al-Kabir (No 8870), Al-Bayhaqi (No 204), Ibn Wadah dans Bid'ah wan-Nahi ' Anha (p. 10) et aussi de Qatadah (p.11). Rapporté aussi par Abi Khaythamah dans Al-'Ilm (No 54). Shaykh Al-Albani a authentifié la narration dans Bid'ah wan-Nah ' Anha.

[2] Notes des traducteurs: Voir : Sahih Muslim(3/11), Ahmad (3/381), Nasa`i (1/234), Al-Bayhaqi (3/214). Une vérification complète de ce hadith peut être trouvée dans le livre, ' Khutbatul Hajah ' de shaykh Muhammad Nasirud din Al-Albani.

[3] Notes des traducteurs: Voir Silsilatul Ahadithus Sahihah (No 1620).

[4] Rapporté dans Tabaqatul Hanabilah (2/18-19), d'Ibn Ab Ya'ala.

[5] Notes des traducteurs: Rapporté dans Ash-Shifa ` de Qaie ` Iyyadh, (2/676).

[6] Notes des traducteurs: Rapporté dans les Sunan de l’mam Ash-Shafi'i (1/14) et par Al-Bayhaqi (7/76) et par Al-Khatib dans Al- Faqeehwal-Mutafaqqih (1/93). Voir l'introduction de shaykh Salim Al-Hilali dans sa vérification de Hidayatus Sultan pour une vérification appropriée de ce hadith.

Article tiré du site troid.org
Traduit par Maz Qureshi
Traduit en français par les salafis de l’Est
copié de salafs.com
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 02:54

L’unicité est de deux sortes

 Une unicité dans la connaissance et la confirmation ; c’est l’unicité de la divinité, des noms et des attributs.

 Une unicité dans l’imploration et l’objectif ; c’est l’unicité du déisme et de l’adoration.

Ibn Qayyîm al-Djawziyyah (Rahimahullâh) a dit que l’Unicité à laquelle les messagers exhortèrent et dont les livres firent objet, c’est l’Unicité dans la connaissance et la confirmation et l’Unicité dans l’imploration et l’objectif.


Le premier genre sert à confirmer la vérité de l’entité du Seigneur, de Ses attributs, Ses actes, Ses noms, Ses paroles inscrites dans Ses livres et adressées à des serviteurs choisis ; il confirme également Ses jugements et sa Sagesse.

Le Qor’ân a clairement montré ce genre au début de la sourate du Fer, de « TA-HA », la fin de la sourate du Rassemblement, le début de la prosternation, de la famille de ’Imrân et la totalité de la sourate du Culte pur et d’autres encore.

Le second genre est celui qui apparaît dans la sourate : « Dis : O vous, les incrédules ! » et dans les paroles coraniques suivantes :

« Dis : « O gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allâh, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allâh ». Puis, s’ils tournent le dos, dites : « Soyez témoins que nous, nous sommes soumis » [1]

Ainsi qu’au début et à la fin de la première sourate ; au début, au milieu et à la fin de la sourate du Croyant, au début et à la fin de la sourate « al-A’raf », toute la sourate des troupeaux et la plupart des sourates du Qor’ân, voir même chaque sourate du Qor’ân contient les deux genre de l’unicité, en témoigne et y exhorte.

SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (Rahimahullâh) a dit que l’Unicité apportée par les messagers contient la confirmation de la divinité d’Allâh en exclusivité en témoignant qu’il n’y a point de Dieu que Lui, Il est le seul digne d’adoration ; on ne peut se fier qu’à Lui ; on ne peut prendre d’allié que Lui ; on ne peut faire d’ennemis que par Lui et on ne travaille que pour Lui [...]

Quiconque admet qu’Allâh - Tout-Puissant - est le Dieu de toute chose, et le créateur de tout chose, n’est pas nécessairement un homme qui l’adorerait sans rien Lui associer, l’Invoquerait tout exclusivement, espèrerait du bien de Lui, Le craindrait tout exclusivement, ferait des amis et des ennemis par Lui, obéirait à Ses Messagers, ordonnerait ce qu’Il ordonne et interdirait ce qu’Il interdirait [...] » [2]

Notes
[1] Coran, 3/64
[2] Kitâb « Fath ul-Madjîd » de SHeikh Abder-Rahmân Âli ash-SHeikh, p.15
copié de manhajulhaqq.com
Cheikh Abdel-Rahman Ibn Hassan Âli Ash Cheikh
Repost 0
Published by Abdelrahim Médine - dans Unicité - التوحيد
commenter cet article